Marie-Hélène MOUYON

Les corps du peintre Marie-Hélène MOUYON « crient » silencieusement, cherchant à exprimer les tourments de l’âme pudiquement enclos dans le mutisme des conventions séculaires.

La toile perd son vulgaire statut de support, substitue la violence et la « parole » des chromatismes au mutisme des sentiments inexprimables par l’ordinaire des mots.

L’Expressionnisme symboliste de l’artiste, soutenu par un « fa presto » cher à nos amis transalpins, lui permet d’exprimer l’instantanéité de l’inspiration, l’immédiateté de la sensation, la fulgurance de la pensée.

Le corps est ici au centre de la pensée du peintre, le corps avec sa force et sa fragilité, le corps comme métaphore de l’Existence, de la Vie.