Ricardo BURT-RILEY

Ricardo Burt Riley, après avoir vécu à Cuba et poursuivit des études aux Etats-Unis, Mexique, Angleterre et en France, malgré un doctorat d’économie politique, il renonce à la carrière diplomatique et décide de se consacrer à sa vocation initiale, la peinture.

Son univers plastique dès le premier abord engendre un climat où la puissance et la volupté peuvent se côtoyer. Aux emportements correspondent des empattements onctueux et suaves, suivis d’accalmies rédemptrices. Là, s’entremêlent des ébauches de corps dans une débauche de couleurs. De la réalité, il retient souvent des distorsions, des déformations mais parfois aussi des harmonies étonnantes, qu’il réorganise pour constituer son propre abécédaire, créer une poétique pour laquelle il invente de nouvelle allitération et qu’il pousse aux confins d’une abstraction lyrique.

Burt-Riley exulte quand les corps, les êtres vivants, végétaux, oiseaux, animaux mêlés aux choses inanimées s’enchevêtrent, s’imbriquent pour imiter notre perplexité d’abord, notre contentement ensuite, comme si doutes et incertitudes se jaugeaient mutuellement via une palette inouïe, flamboyante.